Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La ballade d’Hester Day – Mercedes Helnwein

Éditions La belle colère (15 Mai 2014)

Présentation de l'éditeur
C’est l’histoire d’une fille qui ne veut pas aller au bal de promo, d’un apprenti poète qui l’a épousée pour trouver l’inspiration, et d’un petit garçon rondouillard qui, à défaut d’être cow-boy de l’espace, est ravi de tracer la route en camping-car avec eux.
L’équipée sauvage d’Hester Louise Day s’annonce comme un fiasco épique. Parce que la famille, même bricolée, ce n’est jamais un long fleuve tranquille, surtout quand on est recherchés par la police et le FBI.

Il faut dire que quand Jethro, son cousin de dix ans, s’est invité dans son road trip, Hester n’a pas réfléchi aux conséquences. Mais ce n’est pas trop son fort, les conséquences. Hester a pris la route parce qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut. Ça ne la dérange pas d’être rattrapée, mais pas tout de suite, pas trop vite.

Avant cela, il y a des paysages sublimes à traverser, des rencontres inoubliables à faire, des éclats de rire et de colère, un peu d’amour ce serait bien, même si son jeune époux, Fenton Flaherty, n’est pas un grand sentimental. Un peu de rêve, un peu d’oxygène… Bref, une ballade belle et mélancolique comme celles dont on fait les grands blues. 

Mes parents m’ont appelée Hester Louise Day. Hester en mémoire d’une sœur décédée, Louise en mémoire d’une tante décédée, et Day en mémoire de l’homme, décédé il y a longtemps, qui fonda cette famille quelque part en Europe, au cours d’une nuit noire et fougueuse.

Avis

Voici le deuxième titre de la toute nouvelle maison d’Editions La belle colère. Après Dieux me déteste où il était question d’un adolescent qui voulu vivre à fond ses derniers jours, on retrouve cette fois Hester Day en ballade. Hester a presque 18 ans et n’aspire pas à grand-chose à part à ce qu’on lui foute la paix, entrer dans le moule lui paraît plus invraisemblable que d’habiter sur Mars, alors aller à l’Université en passant par la case bal de promo c’est limite de la torture.

« Alors, qu’est-ce qui t’a fait changer d’avis ? demanda-t-il tandis qu’on quittait l’allée. Je pensais que tu ne voyais pas l’intérêt d’aller au bal de promo.
Ben, on ne peut pas vraiment dire que j’aie changé d’avis de mon plein gré … Tu vois, ma mère fait apparemment partie d’un culte qui vénère l’American way of life, et si j’avais refusé de me rendre au bal elle aurait été excommuniée. »

Ce qui modifie du tout au tout sa vie peinarde et ennuyeuse c’est l’idée un beau jour d’adopter un enfant mais pour cela 2 conditions lui barrent la route (du moins pour le moment) : avoir 18 ans et être mariée. Il faudra attendre octobre pour venir à bout de ces formalités. L’aventure commence réellement lorsque sa mère apprend le mariage incognito de sa fille et qu’Hester décide de quitter la maison en douce accompagnée de son cousin Jethro 10 ans et rejoindre son mari, apprenti poète en manque d’inspiration, Fenton Flaherty alias Philosophie Man rencontré à la bibliothèque.

Tout ce petit monde embarque à bord d’Adèle le camping car en route pour l’aventure mais officiellement pour Chicago. Ils vont rencontrer des personnages très atypiques et vivre des moments inoubliables.

Hester est le genre de jeune fille excédée par tout ce qui l’entoure, impulsive mais qui va, grâce à ce road-trip, appréhender les événements sous un autre jour notamment (et c’est mon avis) grâce à son cousin Jethro, petit bonhomme insouciant mais qui a une vision particulière de la vie.

J’ai réellement adoré ce roman fait de rébellion, d’amour, d’évasion et de répliques qui m’ont bien fait rigoler. Une idée lecture pour les beaux jours à venir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article