Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Park Avenue - Cristina Alger

Présentation

 

En épousant Merrill par amour, le jeune avocat Paul Ross est entré dans le clan Darling avec son cortège de privilèges : un appartement sur Park Avenue, un job en or, des week-ends dans les Hamptons et des soirées avec le tout Manhattan. Mais bientôt Wall Street plonge et les grandes banques menacent de s’effondrer. Un scandale vient éclabousser la famille Darling, la propulsant sous les feux des médias et Paul doit choisir son camp. Sauver sa peau en trahissant sa femme et les siens ou les protéger, coûte que coûte.

 

Issue elle-même d’une grande famille de financiers, ancienne avocate et analyste chez Goldman Sachs, la jeune Cristina Alger connaît parfaitement le monde qu’elle décrit, cette haute société new-yorkaise, prisonnière de ses succès et de ses richesses. Dans ce Bûcher des Vanités du XXIe siècle, elle pose un regard subtil et implacable sur ces privilégiés dont la crise financière de 2008 va faire voler en éclat les certitudes. Un roman étincelant, drôle et féroce, aussi tendu qu’un thriller, sur lequel plane l’ombre de Madoff.

Plonger, ça n'est pas drôle, mais c'est mille fois mieux que de se noyer

Avis

 

Les Darling, riche famille de financiers new yorkais s’apprête à fêter Thanksgiving dans la propriété des Hamptons : Carter le patriarche et sa femme Inès, leurs filles Lily et Merrill et leur époux respectif, ainsi que Morty Reiss, considéré comme un oncle, et sa femme. Tout s’annonce pour le mieux dans cette famille très peu touché par la crise de 2008.

Paul, le mari de Merrill, s’intègre dans la société familiale, Delphic, spécialisée dans les fonds d’investissements, après avoir perdu son emploi dans la finance, mais il se sent à l’étroit, mal à l’aise, devenu pourtant l’avocat général il ignore encore nombres de transactions faites par la société et doit maintenir son train de vie new-yorkais.

 

Le bouleversement survint lorsque la police retrouve l’Aston Martin de Morty près du Tappan Zee Bridge, laissant supposer le suicide de celui-ci et quand bien même le corps n’est pas retrouvé. L’enquête sur les raisons de son suicides débutent, la vie de la famille Darling bascule du jour au lendemain lorsque l’on découvre les magouilles de Morty, une escroquerie financière à grande échelle, rien de moins qu’une chaîne de Ponzi.

L’histoire se déroule sur une semaine et se concentre sur Paul, doit-il collaborer avec le procureur ou se souder au clan Darling ?  Mais la trahison viendra de toute façon d’un côté ou de l’autre.

S’il coopérait, cela détruirait les Darling, sans aucun doute. La question, atroce et confuse, c’était ce qu’il se passerait s’il ne coopérait pas.

 

L’auteur nous parle de chute d’une famille bourgeoise, de scandale financier très médiatisé, d’argent, de faillite et de corruption. Mais ce sont les intrigues parallèles qui donnent du mouvement au récit, ou en tout cas qui m’ont fait accrocher à l’histoire.

 

Park Avenue … le titre m’a fait pensé à tout autre chose, finalement je me suis retrouvé plonger dans le monde de la finance pour la troisième fois cette année et sans le vouloir particulièrement, pourtant je me suis laissé entrainé dans Manhattan pour côtoyer une grande famille bourgeoise, un journaliste presse, le monde sans pitié de la finance et de ses requins.

 

Tag(s) : #AlbinMichel, #Livres, #Alger

Partager cet article

Repost 0