Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jusqu'ici et pas au-delà - Joachim MEYERHOFF

Jusqu'ici et pas au-delà - Joachim MEYERHOFF

Editions Anne Carrière

 

Présentation

 

Ce roman autobiographique raconte la jeunesse de l’auteur entre les murs de la clinique psychiatrique Hesterberg, que dirigeait son père, pédopsychiatre. 

 

Benjamin de trois frères, Joachim doit lutter pour retenir l’attention de ses parents. Il voue un véritable culte à son père, un homme obèse et obsessionnel, lecteur compulsif, bienveillant, mais totalement accaparé par son métier. La famille habite une maison située dans la grande propriété qui accueille les divers bâtiments de la clinique, entourés d’un parc.

Dans cette chronique drôle, subtile et émouvante, Meyerhoff évoque un certain nombre d’épisodes marquants de son enfance : sa découverte d’un cadavre dans les jardins ouvriers de sa petite ville ; ses rapports avec les jeunes patients de son père ; ses relations difficiles avec ses deux aînés ; ses accès de rage ; les lubies de son père… En soi, des moments presque ordinaires, si l’on excepte le fait de grandir au milieu de pensionnaires internés en psychiatrie… C’est là que l’autre aspect du texte se révèle : c’est un semblant de comédie pris dans l’étau du tragique. Et Meyerhoff en serre rigoureusement les vis.

Était-ce possible? Que je fusse le seul à n'avoir pas bénéficié d'un sort meilleur? je savais bien que je regrettais la perte d'un monde dont la disparition n'avait rien de triste. Ma sentimentalité s'exerçait au profit d'un endroit infernal, coupé de l'extérieur. C'était une chance que cette clinique surpeuplée eût cessé d'exister!
Pourtant chaque fibre de mon corps éprouvait de la nostalgie à l'égard de cet établissement, de la joie sans mélange qu'on y rencontrait, des étreintes interminables, de la rage qui s'y donnait libre cours.
J'avais la nostalgie de la démesure, du spectacle, de ce que je considérais comme normal dans cet antre de la folie.

Avis

 

Le narrateur n’est autre que Joachim Meyerhoff, écrivain et acteur, qui a passé son enfance dans un hôpital psychiatrique d'Allemagne du Nord. Il n’était pas entre ces murs pour raison médicale mais parce que son père en était le directeur.

Dans leur maison qui trônait au milieu de l’établissement, l’auteur, malgré les cris de la nuit et les bizarreries du jour, a grandi tout à fait bien. Deux frères plus âgés qui ne lui ont menés la vie dure, un père qui imposait sa présence par son physique mais qui semblait absent dès qu’il ouvrait un livre, préférant son travail à sa famille, s’intéressant à tout et se passionnant pour tout, et une mère attentionnée qui supportera et acceptera beaucoup de choses.

Toute sa jeunesse le jeune garçon qu’était Joachim fréquentait des gens différents, il ne les voyait pas comme des malades mais comme des personnes percevant le monde autrement ;  et à bien des égards Joachim aussi était différent.

 

Les chapitres de ce roman retracent des moments  de sa vie, il y parle avec tendresse de son environnement proche : l’hôpital, et plus lointain : les paysages qui entoure sa ville natale, son premier mort, ses frères, ses crises de colère, les instants tv, la chienne – frère de sang, les liens avec les patients, et de son père, personnage emblématique de toute son enfance, autant de souvenirs plein d’humanité, drôle, et triste parfois.

La lecture fut rapide et plaisante, elle a commencé sur des récits de vie ordinaire pour finir dans l’éclatement et la maladie. Un début amusant et une fin tragique, des passages émouvant et cocasse comme les nouvelles résolutions du père pour ses quarante ans, sa passion soudaine pour un voilier, côtoient des moments douloureux et donne toute son originalité à ce roman.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sandy 30/12/2014 18:48

J'ai adoré ce livre que je viens juste de finir !