Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Edition L'école des loisirs, 2014

Personne ne sait où vont les morts. En revanche, il y a les histoires et les aventures. L’histoire de ta mère est belle comme une légende. Transforme-la en légende. Raconte-la autour de toi, le plus que tu pourras. Tu peux l’inventer, la broder ou dire exactement la vérité, mais rends-la vivante.
Utilise des mots, dessine-la, danse-la, transmets-la et ajoute-lui du merveilleux. Tu peux parler d’amour et de voyage, de ton chagrin, de glace et de vagues.
Au fil du temps, l’histoire devenue légende t’échappera, d’autres personnes la recueilleront, la transformeront à leur tour et elle deviendra comme la mer qui va et vient. Chaque jour différente, chaque jour revenue.

Présentation
Tout au nord de la Sibérie, au bord de l’Arctique, se trouve Tiksi : une ville dont la moitié des habitants sont partis. Que reste-t-il à présent ? Des maisons vides, la mer de glace, les jeux dans la neige, la magie des aurores boréales et de vieux hommes qui se souviennent de tout et parlent par énigmes.

Mais il y a aussi Lazar, l’enfant qui ne trouve pas le sommeil.
Et Gavriil, le poète qui ne parle plus.
Et puis il y a moi, leur sœur, Galya Bolotine, qui me débat avec ma silencieuse colère et mes rêveries océaniques. Moi qui voudrais comprendre ce qui se joue sous le ciel noir. Espérant le retour du brise-glace majestueux qui nous emporterait loin de cette étouffante immensité.

Avis
Une nouvelle lecture jeunesse venue tout droit des Editions l’Ecole des Loisirs, la quatrième de couverture annonce quelque chose de profond, l’immensité blanche sous ce ciel noir car c’est la nuit polaire, cette nuit qui dure plusieurs semaines dans l’hémisphère nord.

On rejoint la famille Bolotine dans la ville de Tiksi au bord de l’Arctique (Nord-Est de la Sibérie), une ville qui se meurt et où Galya rêve d’océans et d’aventures. Elle rêve de devenir océanographe et de quitter Tiksi, partir sur les traces de cet homme qu’elle idole le commandant Cousteau.

Je vis sur du plat. Du plat à perte de vue, du plat à ne plus savoir qu'en faire. Du plat à en perdre la tête, à confondre l'endroit et l'envers, le ciel et la terre

Ce n’est pour le moment qu’un rêve car la réalité est plus difficile, après la mort de sa mère il y a un an toute la famille vit dans le noir, son grand frère Gavriil reste reclus dans sa chambre, son père reste assombri et elle doit s’occuper de son petit-frère Lazar, sa lumière. La solitude emplit leur vie et ce secret bien gardé, qui plane, rende les choses plus difficiles encore.

Et lorsque que le brise-glace vient enfin libérer la mer les langues se délient, la vérité fait jour sur les silences de son père et de son frère, Galya apprend ainsi que mourir par amour et pour ses rêves est possible.

Un roman jeunesse qui dévoile des sentiments lourds et le poids du secret, les conséquences de nos rêves et la tragédie, ce qui risque à mon avis d’être un peu dur pour de jeunes lecteurs.

Très beau récit poétique sur le deuil et la reconstruction, sur comment retrouver la joie de vivre malgré les silences.

Tag(s) : #EcoledesLoisirs, #Chartres, #Jeunesse

Partager cet article

Repost 0