Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog en travaux !

Je me suis tue - Mathieu Menegaux

Editions Grasset

Parution : Avril 2015

J’écris pour moi, pour m’évader, non pas en paix, ce serait impossible, mais soulagée du poids de mon silence. J’écris pour toi, Antoine. J’écris pour que tu comprennes et que tu cesses de me haïr. Et j’écris pour vous, policiers, citoyens, magistrats, journalistes, prompts à embastiller en prétextant la recherche de la vérité. Vous la voulez, la vérité ? Lisez.

Présentation
Du fond de sa cellule de la maison d’arrêt des femmes à Fresnes, Claire nous livre l’enchaînement des faits qui l’ont conduite en prison : l’histoire d’une femme victime d’un crime odieux. Elle a choisi de porter seule ce fardeau. Les conséquences de cette décision vont se révéler dramatiques. Enfermée dans sa solitude, Claire va commettre l’irréparable. Le mutisme sera sa seule ligne de défense, et personne, ni son mari, ni ses proches, ni la justice ne saisira ses motivations.

Submergée par l'émotion, j'ai failli craquer. J'ai été à deux doigts de tout lui avouer. Je me suis tue.
Ce fut un instant rare, un de ceux qui justifiaient ma résolution de vouloir continuer à vivre. Oui, je devais expier, être punie et coupée du monde pour mon crime abominable, mais j'avais raison d'avoir confiance dans le fait que cette vie pourrait me réserver encore quelques moments d'absolu, après la peine.

Avis

Un couple qui pourrait avoir tout pour être heureux, sauf une chose. Claire et Antoine ont pris sur eux et mènent une vie harmonieuse même si un vide subsiste et pourri tout à l’intérieur, et d’un coup tout s’écroule. Un cauchemar puis l’espoir jusqu’à finir au fond du trou.
Une vie qui bascule dans l’irréparable, dans ce qu’il y a de plus criminel, Claire a enduré sa souffrance et tenté de relever la tête, de trouver une issue à son mal. Sauver les apparences malgré la douleur n’est pas aisé, il faut oublier sa fierté et accepter une main qui se tend. Son refus est catégorique. Son crime impardonnable. Sa peine immense.

La quatrième de couv’ attise la curiosité sans révéler l’objet du roman et les thèmes sensibles qui s’y cachent, c’est pourquoi j’ai préféré en faire autant, garder le « secret » sur ces mots qui m’ont émue tout en vous avouant avoir été stupéfiée par la volonté de cette femme face à son désarroi, à la société, face à un mari qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez. D’autant plus stupéfiée de voir ces phrases et ces émotions écrites de la main d’un homme. Que dire à part qu’il est impossible de poser ce roman une fois ouvert, le suspense vous tient en haleine et l’histoire vous bouleverse.
Le prix du silence est terrible.

Merci aux éditions Grasset pour la découverte du premier roman de Mathieu Menegaux.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maelysaimelire 19/11/2015 15:33

Un très beau livre, prenant et bouleversant qui m'a énormément touchée.