Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Il suffit de poser une seule question pour percer quelqu’un à jour : quel est ton livre préféré ? »

 

Présentation

À la Librairie de l’île, on ne trouve pas que de vieux bouquins.

On y trouve aussi A.J., son vieux patron bougon, dans la peau de l’ours acariâtre et mal léché. Depuis qu’il a perdu sa femme, A.J. n’a plus goût à rien. Il se referme sur lui-même et envoie paître tout le monde.

Jusqu’au jour où il découvre entre ses rayonnages le plus mystérieux des présents : une toute petite fille, Maya, que sa maman a laissée là avec un simple mot : Je tiens à ce qu’elle grandisse entourée de livres et de gens pour lesquels la lecture compte.

Totalement désarçonné, le libraire pense aussitôt se débarrasser de cet encombrant coup du sort. Mais les babillages de la petite, son affection candide et son intelligence fulgurante réussissent très vite à fendre son armure. Désormais investi d’une mission qui redonne un sens à sa vie, A.J. se lance à corps perdu dans l’éducation de la fillette, redécouvrant avec elle le plaisir des mots, de la lecture, puis de l’existence tout entière.

____________________

"Maya fond en larmes, les bras toujours ouverts. Ne voyant pas quoi faire d’autre, A.J. la prend contre lui. Elle doit peser au moins autant qu'un carton de vingt-quatre livres reliés, assez lourd pour lui briser le dos. Le bébé passe ses mains autour de son cou et A.J. remarque qu'elle sent plutôt bon, le talc ou l'huile pour bébés. Il ne s’agit manifestement pas d'une gamine négligé ou maltraitée. Elle est sympathique, bien habillée et ne réclame rien d'autre qu'un peu d'affection. La propriétaire de ce paquet ne tardera sûrement pas à se manifester avec une très bonne excuse. Une panne de voiture, Par exemple ? "

____________________

Avis

Voilà un livre qui fait du bien, il ya des livres dont les thèmes graves se parcourent pourtant tout en légèreté.

A.J. Fikry tient une librairie sur l’île d’Alice dans le Massachusetts, sa vie a pris un virage inattendu qui l’a plongé dans une profonde tristesse : sa femme décède dans accident de voiture en raccompagnant un auteur, sa librairie affiche un score désolant au panneau des résultats et qui plus est une version originale du Tamerlan d’E.A. Poe vient de lui être dérobé et avec lui ses espoirs de changer de vie. Du coup notre libraire empile les épreuves de roman qu’il ne lit même plus et les catalogues des différents éditeurs qu’il reçoit sans grande conviction.

Le roman démarre avec ses mauvaises nouvelles, jusque là le lecteur se demande ce que peut bien receler d’intéressant ce livre composé de morceaux de vie annoncées par le titre d’un livre et un commentaire d’A.J.

 

Le destin décide de s’en prendre à A.J. et lui apporte un paquet à la librairie. Un soir A.J. retrouve entre les rayons de la librairie un bébé prénommé Maya que sa mère a abandonné, le personnage de l’agent de police Lambiase fait son apparition dans le récit et finira par tenir une grande place dans l’histoire d’A.J., mais aussi Esmay sa belle-sœur, Amelia l’éditrice … et bien d’autres qui apporteront leur touche à ce roman merveilleux. Roman d’un amoureux des livres, qui a éduqué une enfant sur des principes trouvés dans des livres.

C’est un ouvrage particulier dans lequel chaque chapitre apporte une petite leçon de vie et le titre d’un livre qui s’y rapporte, une écriture simple, des personnages véritablement attachants, beaucoup d’émotions et d’amour. J’ai aimé le lieu (la librairie), le personnage principal bougon (le libraire) et cette petite fille surdouée (Maya) et pour ces raisons ma lecture c’est fait petit à petit, un chapitre par jour pour rester un maximum de temps sur cette île en dehors du temps, dans cette librairie qui accueille bon nombre de clubs de lecture, et même si tout n’est pas rose dans ce récit, que les épreuves s’accumulent,  l’optimisme refait surface à chaque fois. Dans chaque coup dur se trouve une leçon à tirer.

Je pourrais continuer ainsi pendant encore une vingtaine de page, et finir cette chronique sous forme de roman mais finissons en beauté sur une dernière phrase :

La vie n’est pas faite que de bons moments mais en cherchant bien
il se trouve que le bonheur, même un petit brin,
se cache toujours dans un coin.
Tag(s) : #Livres, #Fleuve, #Zevin

Partager cet article

Repost 0