Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du nouveau dans ma PAL cette semaine

Cette semaine grâce aux éditions Anne Carrière, Plein Jour et Léo Scheer ma PAL a pris des centimètres. La boîte aux lettres était ravie et moi aussi.

Ballet russe à Canary Wharf de Baudouin DE MOL sortie avril 2015

Une panne de voiture en pleine nuit, et voilà Brice Daussant seul dans l’immensité de l’Écosse. Personne à la ronde, sauf un mystérieux véhicule qui surgit, tente de l’écraser, le traque. Pourquoi s’en prendrait-on à un jeune cadre à peine sorti de HEC ?
Il s’était installé au Royaume-Uni pour réussir, faire fortune. Tout se passait si bien… jusqu’à ce qu’advienne la crise bancaire et financière de 2008.
Dès lors, seul compte l’impitoyable instinct de survie des maîtres du monde. Associés à des criminels nouveaux riches, ils s’en prennent à tous ceux qui se mettent en travers de leur chemin. Et Brice en est, sans le savoir. Son principal ennemi est un oligarque russe aux accointances mafieuses.
Heureusement que, depuis Paris, une lycéenne timide, aux prises avec son mal-être, accro aux réseaux sociaux et à Internet, joue les anges gardiens…

Un grand thriller qui traverse la crise des subprimes, l’affaire Madoff et la mainmise d’oligarques russes sur la City.

Les iris jaune de Lionel STOLERU sortie Mars 2015

Madame de Saint-Fulgent est veuve, avec deux enfants. Elle travaille comme lectrice dans une maison d’édition : les Éditions Delmont.
Un jour, elle va consulter son médecin généraliste après avoir reçu un bouquet d’iris jaunes, accompagné d’un mot la remerciant pour la soirée de la veille. Or, ce soir-là, elle en est sûre, elle n’est pas sortie de chez elle.
Au fil du temps, elle retourne régulièrement voir le praticien, car des incidents incompréhensibles surviennent dans sa vie. Consciente que quelque chose ne va pas, elle accepte que le médecin, avec le concours d’un psychiatre, se penche sur son cas.

En réalité, Madame de Saint Fulgent ploie sous le fardeau de souvenirs qu’elle a refoulés dans son subconscient : le suicide de son mari après le naufrage de la maison d’édition qu’il dirigeait, le rôle épouvantable de son père pendant la guerre, sa mère, qui a étranglé sa sœur…
C’est le début d’une longue quête psychanalytique, qui va ramener à la conscience ce douloureux passé dont elle pensait s’être débarrassée.

Les ténèbres et rien de plus de Julia TOMMAS sortie mars 2015

Qu’est devenu le corps de Peter Mulchan, le tueur en série qui a terrorisé New York ? C’est la question que se posent l’inspecteur Kenji Yoshiro, de la brigade criminelle, et le docteur Lisa Cavalcante, chercheuse en neurosciences à l’université de Columbia.
Alors qu’elle se réfugie dans ses travaux de recherche, déterminée à prouver que la quatrième victime du tueur en série, encore plongée dans un état végétatif, pourrait sortir du coma, l’impensable se produit.  Le corps d’une jeune femme est retrouvé dans un cimetière de la ville. Les marques sur son cadavre ne laissent aucun doute : elle a été enlevée et torturée selon le modus operandi de Peter Mulchan. Troublé par la ressemblance physique de cette nouvelle victime avec Lisa, Yoshiro pense avoir affaire à un imitateur. Mais la neuropsychiatre a un tout autre avis : et si Peter Mulchan n’était pas mort ?

Islam de France, L'an I de Mohamed Bajrafil sortie Septembre 2015

l ne faut pas faire d’amalgame entre l’islam, religion pacifique, et ceux qui tuent en son nom : c’est une chose entendue. Mais sait-on vraiment pourquoi ? Que dit l’islam sur la vie sociale, les relations avec les autres civilisations et, au-delà, sur la liberté de penser et d’agir ? Quelles sont, dans son histoire, les sources de l’errance de sa minorité folle ?

Mohamed Bajrafil, théologien et universitaire, ouvre ici l’ensemble des dossiers, pour traiter les maux contemporains à leur racine. Ce n’est pas en passant à la hâte les habits de la démocratie occidentale à l’islam qu’on aidera les musulmans à vivre en harmonie dans la société française : il n’y a d’issue que par le haut, dans la vérité et la beauté de leur foi, dont ce livre démontre qu’elle est une école d’autonomie, de responsabilité, de permanente mobilité spirituelle.

Il est temps pour elle de retrouver son élan originaire, souvent enseveli sous le poids de traditions superflues, au début de ce siècle qui devra être celui de la coexistence des cultures et des religions, s’il ne veut pas sombrer dans la tragédie. En luttant, avec une impressionnante érudition, contre l’ignorance et les préjugés, Mohamed Bajrafil montre la voie de cet islam de France qu’il espère voir naître des décombres de la radicalité fantasmatique et de l’islamophobie. Un islam pleinement républicain, et qui sera l’islam véritable, enfin rendu à sa lumineuse universalité.

Place Colette de Nathalie Rheims sortie Août 2015

À l’âge de 9 ans, la narratrice de Place Colette est victime d’une erreur de diagnostic qui la cloue sur un lit d’hôpital, le corps prisonnier d’une coquille de plâtre. Au terme de trois années de calvaire, un professeur finit par découvrir la véritable maladie ; il l’opère et la sauve. La jeune fille a passé ce temps immobile à découvrir la littérature et les textes classiques. Elle voue une passion sans limite au théâtre. Revenue à la vie, elle tourne autour de la Comédie-Française et de la place Colette. Le jour de ses 13 ans, elle entre dans la loge d’un comédien dont elle est tombée amoureuse. Bien qu’il ait trente ans de plus qu’elle, elle lui propose de devenir son cadeau d’anniversaire.
Ce roman, qui aurait pu s’intituler Détournement de majeur, est l’histoire d’une double initiation, à l’amour charnel et à la passion du théâtre. Écrit à la première personne, il est pourtant aux antipodes de ce que l’on qualifie d’autofiction : le mensonge enveloppé dans une rhétorique de vérité. C’est un « roman-vrai », où l’auteur se cherche et finit par faire tomber le masque.

 

Tuer de Richard Millet sortie Septembre 2015

J’avais vingt-deux ans. Écrire me paraissait l’unique chemin vers la vérité. Il me fallait vieillir, mais je demeurais prisonnier d’une a-temporalité pathologique, entretenue par la lecture de romans qui me fermaient le monde pour m’ouvrir à son ombre.
La guerre est venue à moi comme on rencontre une femme.

Tag(s) : #PAL

Partager cet article

Repost 0