Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation
En 1980, à quatre mois d’intervalle, Mark David Chapman assassine John Lennon et John Hinckley tire à bout portant sur Ronald Reagan.

Chapman et Hinckley, rien à voir en apparence, si ce n’est leur âge (25 ans) et leurs origines middle-class. Rien, sauf leur passion dévorante pour L’Attrape-cœurs et son héros, Holden Caufield. Sauf qu’ils aiment tous les deux les mômes, rien que les mômes. Qu’ils se méfient des pères qui picolent. Et des mères, hystériques. À moins que Chapman et Hinckley soient seulement les rejetons paumés d’une Amérique affamée de chair fraîche, de fric et de célébrité. Avec leurs airs d’enfant de chœur, ces deux-là racontent leur jeunesse. Chapman, le petit gros qui s’inventait des amis imaginaires. Hinckley, l’étudiant solitaire, fou amoureux de Jodie Foster, la gamine de Taxi Driver, qui le sauverait de son existence médiocre.

De son côté, Caufield en a marre d’être bloqué dans la tête de ces tarés qui se sont emparés de sa vie en lisant L’Attrape- cœurs ; il en a marre que Salinger, ce génie mutique et égoïste, le maintienne dans son éternelle jeunesse et dans sa rage. Il voudrait que Salinger écrive la suite. Il voudrait grandir. Pas Hinckley, ni Chapman.
Ces deux-là prétendront avoir dégainé leur arme par amour. Trop d’amour c’est sûr, un amour maladif pour eux-mêmes.

Avis
Deux adolescents dans une Amérique qui sait faire naître comme personne les paumés les plus célèbres de tous les temps, et ces deux-là ont voulu entrer dans la légende.
L'un a idolâtré jusqu'à la folie John Lennon avant de le tuer, l'autre a visé le Président Ronald Reagan pour impressionner Jodie Foster dont il est fou amoureux. Au milieu de ces enfants de choeur, Holden Caufield héros de l'Attrape-coeurs prend la parole et réclame une suite à son créateur Salinger, il veut une vie, un destin quoi !!!!
Le roman se déroule pendant leur jeunesse jusqu'au geste fatal, l'auteur tente de nous donner les éléments de leur vie et de leur psychique pour comprendre, mais pas pardonner, leur envie de meurtre, le tout à un rythme qui pousse à la lecture, les évènements et les idées s'enchaînent.

Ce roman déjanté et plein d'humour a été des plus intéressant, une promenade avec deux enfants de l'Amérique qui égratigne au passage ce maudit rêve américain et ses icônes. Un rêve ou plutôt une illusion, un piège à idiots que Mama America a créé de toute pièce pour calmer les esprits échauffés et s'en mettre quelques-uns sous la dents histoire de calmer son propre appétit ou d'entrer elle-même dans la légende.

Je n'ai pas pu résister à cette lecture corrosive alors le livre n'a pas fait long feu.

Tag(s) : #Livres, #AnneCarrière, #GuayDeBellissen

Partager cet article

Repost 0