Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation
« Ce qui est monstrueux n’est pas nécessairement indigne. » Amélie Nothomb

Avis
Une simple phrase pour présenter le roman et donner envie au lecteur d'ouvrir le livre et de se plonger dans l'histoire du comte Neville, je me suis laissée tenter par ce titre le crime du comte Neville et qui comme le mentionne Amélie Nothomb dans ce roman m'a fait penser à l'oeuvre d'Oscar Wilde, Le crime de Lord Arthur Savile.

L'histoire est donc celle de Henri un châtelain à qui sa fille demande de l'assassiner, mal dans sa peau Sérieuse, dix-sept ans, désire en finir car elle ne ressent désormais plus aucun sentiments. Enfant pleine de vie, c'est à l'âge de douze ans et dem que tout bascule et que Serieuse devient taciturne. Mais pourquoi demande-t-elle à son père de commettre ce geste terrible? Simplement pour aider celui-ci à réaliser la prédiction d'une voyante rencontrée lors d'une fugue de Sérieuse, fugue qui finalement n'en était pas une.
Ce conte m'a vraiment séduite, lu très rapidement car l'écriture est très fluide, l'histoire de cette famille d'aristocrates ruinés qui souhaite marquer le coup avant de quitter le château familial, organisant une garden party et pendant laquelle le comte devra agir, tuer sa fille. Nous suivons les inquiétudes de ce père de famille qui souhaite avant tout protéger les siens, son insomnie après la prédiction de la voyante, la détermination de la jeune Sérieuse, et le tête à tête angoissant entre eux, le tout enveloppé d'un suspense qui ne se dénoue qu'en toute fin de roman, mais peut-on appelé roman un ouvrage d'à peine 130 pages? Ce fut un bon moment de lecture mais une nouvelle à 15 euros tout de même.

Cette histoire est toutefois très amusante malgré le sérieux du sujet (l'infanticide) et le choix du milieu dont est issue les personnages, un monde où le paraître est plus qu'indispensable.

Tag(s) : #Livres, #AlbinMichel, #Nothomb

Partager cet article

Repost 0