Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tome 7: Les conjurés

Présentation
1822, Paris gronde sous les cris de la foule qui refusent les interventions de l’armée et l’autorité du roi. Le romantisme naissant fait tourner les têtes et des factions d’activistes se forment. C’est le cas de la « Charbonnerie » dont fait parti le lieutenant Vitrac. Au hasard des ses déplacement avec l’enfant de sa sœur morte a sa naissance, Hortense se retrouve au beau milieu d’une émeute et tombe littéralement sous le charme de Vitrac, le secours et se décide donc a elle aussi participer a la résistance.
Mais son mari infirme et l’enfant dont elle a la charge font barrière a son engagement total. Malgré tout, cherchant des idées pour financer leur mouvement, elle retrouve le Nahik. L’ouvrage extraordinaire dont la réédition pourrais renflouer les caisses et peut être éblouir le jeune officier. 
Mais c’est sans compter sur la mystérieuse malédiction qui suit l’ouvrage et qui va encore jouer un rôle prédominant dans cette intrigue politico romantique pendant cette période si torturée.

Avis
Je n'ai pas été spécialement touché par ce septième épisode mais juste ce qu'il faut car c'est la suite de cette série, la période historique ne m'intéresse guère (la Restauration) et je trouve que la malédiction de ce fameux livre ne s'intègre pas beaucoup au contexte historique et politique, il reste un moyen de financer une action voilà tout. Ce tome nous fait entrer dans la bourgeoisie et parmi les émeutiers, nous fait voir de près la rébellion et la répression (guillotine) mais surtout nous faisons la connaissance avec la famille Fleury Nadal qui est l'object d'une autre série faisant suite au Décalogue. Il manque dans ce septième tome un petit quelque chose qui aurait fait la différence même si le dénouement est terrible, Nahik n'a pas la place qui lui revient en tant qu'objet principal de la série et c'est bien dommage.

L'intrigue est toutefois sympathiques mais les dessins eux sont vraiment riche de détails et de couleurs, Paris est parfaitement reproduit tant au niveau de l'architecture des bâtiments que des costumes; c'est peut être ce qui sauve de tome.

Tome 8: Nahik

Présentation
1813, l’empereur mène une guerre loin de France et les seules personnes qui reviennent du front sont les mutilés. C’est le cas de Nadal, frère de Ninon et Hector Fleury. Ninon est accompagnée du général infirme Alexandre que l’on retrouve dans le tome précédent (les albums sont à l’inverse de l’ordre chronologique) mais aussi de son fils (lui aussi personnage capital du tome 7). 
Sans domicile, ils emménagent chez Hector qui accueille le pauvre aliéné pris de crise d’angoisses, chaque nuit, une entité hideuse vient hanter son sommeil : Nahik. Ne pouvant plus supporter la souffrance de son frère, Ninon se lance dans des recherches et des expériences pour tenter de soigner tant bien que mal la folie du pauvre ancien militaire. Mais Hector s’y oppose mystérieusement, écrivain de renom, il s’occupe seul depuis longtemps du pauvre bougre.
Mais l’intervention de Ninon va, encore une fois apparemment à cause de Nahik, avoir un rôle dévastateur sur l’histoire de cette famille dont on découvre au fil des albums la complexité et le destin lié au livre.

Avis
Ce huitième opus éclaire davantage l'épisode précédent et porte le nom du livre maudit Nahik. Un jeune homme est au centre de l'histoire, ses délires sont exploités et entretenus par son frère qui en profite pour se faire passer pour un grand écrivain. Il est ici question de cruauté et de délire envers un être humain qui est revenu meurtri et défiguré de la campagne d'Egypte, la série Nahik touche à sa fin et nombres d'éléments sont enfin dévoilés laissant le lecteur remettre bout à bout l'histoire de ce livre. De tous les récits il me semble que celui-ci est le plus réussi et le plus intriguant, il reste toute fois encore 3 tomes pour connaître le fin mot de l'histoire de Nahik.

Le dessin est quant à lui splendide, les scènes de bataille riches en détail malheureusement je ne retrouve pas l'émotion sur les visages des personnages créant un manque malgré le scénario orienté psychologie de ce huitième tome.
Encore un peu de patience le dénouement arrive.

Tag(s) : #BD - Livres illustrés, #Glénat, #Giroud

Partager cet article

Repost 0