Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le décalogue V - Le vengeur de Giroud et Rocco

Présentation
Missak Zarkarian a perdu le reste de sa famille pendant le génocide perpétué 7 ans plus tôt. Ce jeune arméniens, par vengeance, décide d’adhérer au « service de la dette », une association de réfugiés dans les diverses capitales européennes et traquent les derniers bourreaux de leur peuple.
Missak est donc désigné pour s’informer sur Selim Gunnei qui semble se réfugier dans la capitale allemande, ses atouts : le jeune garçon possède un charme et une culture qui est apte a charmer Ayla, la fille de la cible ; mais aussi le « Nahik » seul héritage de sa famille défunte et qui intéresse assurément le criminel, mais aussi bibliomane, homme qu’il traque.

Avis
Le vengeur, un titre qui est loin du précepte de ce cinquième tome : "Tu pardonneras à tes ennemis", d'autant que cette fois Giroud utilise le génocide arménien comme toile de fond. Missak Zakarian est un rescapé, seul survivant de sa famille qui décide quelques années plus tard de rejoindre une milice dont le but est d'éliminer les anciens bourreaux turcs installés en Allemagne. Il ne lui reste qu'une seule chose héritée de sa mère, un livre: Nahik, qui lui servira à approcher un des responsables du génocide, mais comme dans chaque tome les évènements prennent une tournure que l'on n'attendait pas, le destin joue parfois des tours, il est difficile de choisir entre devoir et amour.

Un cinquième tome qui permet d'avancer dans l'histoire tout en se rendant compte de la malédiction qui pèse sur ce livre, le scénario amène avec brio cette vengeance tant attendue et les dessins sont tout à fait magnifiques. 

Le décalogue VI - L'échange de Giroud et Mounier

Présentation
New-York, 1902. Alice Fleury fête ses vingt ans. Une riche demeure, des toilettes de luxe, des domestiques, des cours particuliers... Et d'incessantes disputes avec ses parents. Alice se fait une autre idée du bonheur, et à la compagnie des siens elle préfère celle de Meg, son ancien professeur de dessin. Une artiste pleine de vie qui lui fait miroiter d'autres horizons... avant de sombrer à son tour dans une inexplicable mélancolie. Un jour, alors qu'elle s'immerge au côté de Meg dans le capharnaüm d'une brocante Alice tombe sur Nahik, un superbe livre ancien dont les illustrations lui rapellent étrangement la vieille gravure qui orne son propre salon...
Intriguée par cette coïncidence, la jeune femme cherche à en savoir davantage sur le mystérieux ouvrage... sans se douter qu'il va l'entraîner sur la piste d'un terrible secret de famille et provoquer l'effondrement de ses plus intimes certitudes....

Avis
Tout d'abord je souhaite dire que j'ai beaucoup aimé ce tome, le précepte "Tu honoreras ton père et ta mère" prend tout son sens à la lecture de cette histoire dont le drame familial et l'intrigue m'a tenue en haleine. Sur fond d'émigration nous suivons deux familles qui quittent leur pays et s'embarque sur un bateau direction New York, pendant la traversée une femme se prend d'affection pour un jeune garçon puis pour la mère de celui-ci; les deux femmes sont enceintes et accoucheront sur le bateau.
Le rêve d'une vie meilleure tourne court lorsque le bateau fait naufrage, pas tout le monde sera sauvé notamment l'un des nouveaux nés qui péri noyé, c'est pendant la confusion qu'un échange se fait. Puis nous retrouvons une jeune fille des années plus tard, Alice qui ne supportant plus la superficialité de son rang, passe de plus en plus de temps avec son ancienne professeur de dessin: Meg.

Alice découvre Nahik chez un bouquiniste dont les gravures ressemblent à celle qui se trouve dans le salon familial, ses recherches concernant l'origine de ce livre l'amèneront à découvrir un secret familial qu'il aurait mieux valu ne jamais dévoiler. Ce sixième tome qui insère l'intrigue Nahik dans une saga familiale est étonnant, Mounier rend à merveille les différents environnements: le paquebot, New York, un quartier malfamé et une maison bourgeoise. 
Une réussite.

 

Tag(s) : #BD - Livres illustrés, #Glénat, #Giroud

Partager cet article

Repost 0