Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tome 1 : Le géant et l'effeuilleuse

Présentation
Parce qu’il se sent mal aimé dans sa famille, Célestin quitte sa province pour la Capitale où il espère bien réaliser son rêve d’enfance : faire du cinéma !
Mais lorsqu’on n’est qu’un obscur clerc de notaire, sans référence ni connaissances, un tel projet s’avère ardu. Malgré les conseils de son ami, Anatole Fortevoix, ancien bonimenteur, aujourd’hui directeur d’une salle de cinéma, qui l’incite vivement à retourner œuvrer dans l’office notarial paternel, Célestin trouve une place d’assistant décorateur dans un studio.
Un premier pas qui galvanise suffisamment l’apprenti réalisateur pour que, de rencontres inattendues en situations burlesques, il s’engage sur des chemins de traverse, bien décidé à transformer son rêve en réalité…

Avis
L'histoire n'est pas très originale mais l'atmosphère et le dessin vaut bien les moments passés à la lecture de cet album.

Célestin n'est guère apprécié par ses parents, le trouvant gauche et pas très motivé, lui ne pense qu'à rejoindre Paris et réaliser son rêve de devenir réalisateur. Il prend donc le train direction la ville lumière.
On est en plein dans les années 20, le cinéma muet est à son apogée et Célestin fera la connaissance de Jacques un musicien de salle défiguré et de Constance cette belle actrice sourde et muette. Célestin va alors se lancer le défi de produire un film en faisant apparaître tous les personnages rencontrés depuis sa venue dans la capitale.

Une histoire sympathique qui rend un bel hommage au cinéma muet en montrant aussi l'envers du décor, le Paris de l'époque est bien mis en valeur par le dessin et les couleurs employées. Je trouve que le scénario manque de tonus, j'attends donc le tome 2 et la suite de l'aventure pour me faire un avis définitif.

Le petit plus de l'album étant le dossier en fin d'album sur les frères Lumière.

Tag(s) : #BD - Livres illustrés, #GrandAngle, #Galandon, #Blier

Partager cet article

Repost 0