Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation
Alger, 1956. Fernand Iveton a trente ans quand il pose une bombe dans son usine. Ouvrier indépendantiste, il a choisi un local à l'écart des ateliers pour cet acte symbolique : il s'agit de marquer les esprits, pas les corps. Il est arrêté avant que l'engin n'explose, n'a tué ni blessé personne, n'est coupable que d'une intention de sabotage, le voilà pourtant condamné à la peine capitale. Si le roman relate l'interrogatoire, la détention, le procès d'Iveton, il évoque également l'enfance de Fernand dans son pays, l'Algérie, et s'attarde sur sa rencontre avec celle qu'il épousa. Car avant d'être le héros ou le terroriste que l'opinion publique verra en lui, Fernand fut simplement un homme, un idéaliste qui aima sa terre, sa femme, ses amis, la vie - et la liberté, qu'il espéra pour tous les frères humains.

Avis
Tout d'abord je souhaite mentionner que ce livre n'est pas tout à fait un roman ni tout à fait un essai, il s'agit d'un récit sur un moment d'égarement ou de grande conviction, je laisse à chacun le soin de se forger sa propre opinion.

Joseph Andras écrit sur Fernand Iveton, cet européen algérien ayant déposé une bombe dans un local abandonnée de son usine le but étant davantage de saboter que de causer la mort, le fait est que cette bombe ne fera ni l'un ni l'autre dans cette usine mais causera la perte d'un homme plein d'idéologie communiste et fervent militant anticolonialiste. Fernand a été arrêté sur dénonciation, emprisonné et torturé il passera en jugement rapidement et la sanction est sans surprise la condamnation à mort, la guillotine qui en ce 11 Février 1957 prendra la vie de Fernand.

Ce livre retrace donc cette journée qui le perdra puis le temps passé en prison, décrira sa vie d'avant et la vie difficile de sa femme après son arrestation, un récit qui vous aspire et vous entraîne dans cette période difficile que fut la guerre d'Algérie. L'exécution d'un européen par la justice française en terre algérienne, le seul d'ailleurs pendant la guerre d'Algérie, relève plus d'un stupide sacrifice au nom d'un ordre établit que d'une réelle condamnation pour avoir commis un acte répréhensible. Ce fut une mort pour l'exemple

L'écriture est assez fluide pour se plonger aisément dans l'histoire et dans cette époque, les chapitres courts car il y a urgence à raconter les événements. Certains passages sont durs à lire comme les descriptions de tortures ou le moment où Fernand comprend qu'il n'y aura pas de pardon, dire aurevoir à la vie et oublier la beauté du jour qui se lève.
C'est l'histoire magnifique du destin tragique d'un homme qui croyait en des idées de liberté. Un bel hommage.

Tag(s) : #Livres, #ActesSud, #Andras

Partager cet article

Repost 0