Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voici venir les rêveurs - Imbolo Mbue

Présentation
Aux États-Unis et au Cameroun, en 2007.
Nous sommes à l’automne 2007 à New York et Jende Jonga, un immigrant illégal d’origine camerounaise, est en passe de réaliser son rêve : après avoir été plongeur et chauffeur de taxis, il vient de décrocher un emploi de chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier à la Lehman Brothers. Pour Jende, tout est désormais possible : il va enfin pouvoir offrir à Neni, son amoureuse, les études de pharmacienne dont elle rêve. Et surtout, pour les Jonga, le Graal est en vue : obtenir leur carte verte et devenir enfin des Américains.
Mais rien n’est simple au pays de l’American Dream. Entre Jende, loyal, discret, compétent, et son patron Clark, noyé dans le travail et les difficultés de la banque se noue une vraie complicité. Les deux familles se rapprochent, mais si les Jonga sont soudés malgré l’épée de Damoclès de l’expulsion, les Edwards sont en proie à de nombreux problèmes. Pour tous, l’interminable demande d’asile des Jonga et la menace d’éclatement de la bulle des subprimes vont remettre en question leurs certitudes…

Avis
Roman sur l'immigration mais surtout roman sur l'envers du décor, un conte qui dépeint les difficultés rencontrés par ceux qui rêvent d'une vie meilleure, ils arrivent, voici venir les rêveurs!

L'histoire est simple, un homme fait le choix de quitter son pays, le Cameroun, et de s'exiler aux Etats Unis pays du rêve américain et de tous les possibles. Cet homme, Jende, ne cherche pas la richesse juste le bonheur et le respect, il sera rejoint par sa femme et son fils, construiront leur vie, leur petit nid douillet, pauvre mais vivent heureux jusqu'au jour où le visa de Jende arrive à expiration et que malgré l'appel à un avocat africain spécialisé dans le droit sur l'immigration l'expulsion est prononcé mais avant sa mise en application les rouages de l'administration permettront à Jende d'espérer pouvoir encore rester en Amérique.

En attendant Jende devient le chauffeur de Clark, employé de Lehman Brothers et le lecteur s'approche de la chute inévitable de cette fameuse maus fumeuse banque qui causa bien des désastres: le scandale des subprimes. La banque chute mais également Clark, quant à Jende sa petite vie qu'il espérérait tranquille se fissurera lentement.

"Tu vois ce que je t'avais dit? demanda Boubacar avec un grand sourire, en sortant du tribunal. Je continue de faire ça, et on continue à gagner du temps. Pour le moment, tu es un homme libre!"
Jende acquiesça, même s'il ne se sentait pas libre pour autant. Plus qu'autre chose, il trouvait pathétique cette manière de repousser l'inévitable. AU moins, quand celui-ci serait officiel, il serait réellement libre.

Dans ce roman on y voit une ouverture d'esprit limitée que l'on retrouve partout et pas seulement aux Etats Unis au point que Jende et sa femme ne fréquente que des personnes venant de la même partie de monde qu'eux, le communautarisme est une manière de se protéger :

- Parlez-moi de Limbé, lui demanda Clark. J'aimerais que vous me décriviez l'endroit où vous avez grandi. [...
- Je vous jure, monsieur. Il n'y a pas de meilleur ville en Afrique. (...)
- Pourquoi êtes-vous venu aux Etats-Unis si votre ville est si belle?

Un roman qui se lit rapidement et dont la lecture aisée permet de se plonger rapidement dans le quotidien de Jende. Plusieurs thèmes s'y côtoient même si l'immigration et les difficultés qu'elle engendre reste le principal, le personnage de Clark ne me semble pas là pour souligner la criminalité en col blanc mais plutôt pour marquer la différence entre les uns et les autres, les riches et les pauvres avec chacun des problèmes différents. Le rôle de la femme y est important également soulignant les difficultés que la femme de Clark et celle de Jende rencontrent pour trouver l'épanouissement qu'elles espèrent.

Une jolie leçon pour un roman sensible qui confronte deux visions de la vie.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article