Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

14-18, tome 8: La Caverne du dragon - Éric Corbeyran & Etienne Le Roux

Présentation
Ils sont huit.
Huit jeunes hommes sur le point de devenir soldats. En aout 1914, mobilisés, ils quittent leur village pour rejoindre la frontière.
Ils laissent derrière eux leurs épouses, leurs enfants et leurs familles, et découvrent la guerre. Confrontés à l'absurde réalité du front, ces huit garçons ignorent encore qu'ils s'apprêtent à vivre cinq années de brutalité et de sauvagerie. Ils devront affronter les bombes, le climat, les privations, la boue, la peur et l'aveuglement de leur hiérarchie. Et la mort. Car certains ne reviendront pas.
Dans l'enfer des tranchées, 14-18 tisse le destin tragique de ces huit "petits soldats".

Avis
La guerre continue, Armand est mort et le Chemin des Dames a été un massacre. Le remplaçant d'Armand est arrivé et son autorité n'est pas très respectée, des décisions absurdes au point de risquer la vie de ses soldats. Lors de l'offensive envers la caserne du dragon il ne reste pas à son poste pour prendre les allemand à revers ce qui induit la capture de Jules et Victor. Ces derniers ont été emmenés dans le camp de Crossen avant d'être transférés dans une ferme afin de servir d'ouvriers à Loreleï, la propriétaire veuve d'un soldat, et où il feront la connaissance de Steven. Loreleï traite bien ces ouvriers, ils ont de quoi se nourrir et dormir décemment, mais au contraire les soldats allemands qui les surveillent leurs infligent dès qu'ils en ont l'occasion de sévères coups de fouet. Dans le prologue de ce huitième tome, on découvre Steven rendant visite à Jules devenu médecin, une amitié les lie et a pu survivre à des années de guerre et d'horreurs, et à ce moment si particulier qui changea la vie de Jules.

Dans cet opus, l'histoire se déroule en majorité au delà du front, au contact des prisonniers français en Allemagne. Les seuls instants sur le champs de bataille décrivent les faits du nouveau Caporal. La vie à la ferme n'est pas douce pour autant et le dramatique ne tardera pas à faire son apparition dans cette parenthèse enchantée. Les dessins sont moins troublant mais tout aussi représentatifs et vrai de la vie à cette époque. On se désole de voir disparaître les uns après les autres ces amis de longue date et de voir ceux qui restent reprendre difficilement du poil de la bête.
C'est une série magnifique qui n'épargne rien au lecteur, nous plonge dans cette guerre atroce sans ménagements.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article