Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Espèces invasives - Nicolas Puzenat

Présentation
Et si plus personne ne trouvait le sommeil ? Combien de temps pourrait-on survivre ? Combien de temps faudrait-il au monde... pour sombrer dans le chaos ?

Avis
A Buenos Aires des chercheurs venus de différents coins du monde se réunissent pour un colloque sur les espèces invasives. Il y a Tamaris, une ornithologue française qui retrouve son homologue argentin sur place, Jorge Leoneti. Un canadien spécialiste des parasites, Fairfax, qui garde précieusement une mallette dont on découvrira avec horreur le contenu bien plus tard dans le récit. Nous retrouvons également deux chercheuses cubaines, Yoani Carnova entomologiste (insecte) et Sonia Diservi malacologue (mollusque). S'ajoutent aux cinq chercheurs: une botaniste espagnole, spinetti, et un herpétologue équatorien (reptiles), Zuquillo.

Ils sont tous logés dans un hôtel du centre ville où ils se font piquer à plusieurs reprises par des insectes qu'auraient laissé s'échapper les deux cubaines. Les travaux dans l’hôtel empêchent les chercheurs de se reposer la nuit et la chaleur de se concentrer la journée, l'enjeu est pourtant de taille car il s'agit de définir une stratégie pour endiguer le développement de ces espèces invasives. Malheureusement les nuits se succèdent sans qu'aucun d'eux ne parviennent à dormir, ils apprendront plus tard que cet étrange phénomène touche la planète entière. Une sorte d'épidémie menace donc d'abord les plus faibles avant de toucher tout le monde, sans compter les événements terribles causés par la fatigue de chacun.

A ce rythme là est-ce que l'humanité pourra s'en relever? ou finirons nous tous par mourir de fatigue? Cette BD à la limite du fantastique fait réfléchir car sous couvert de colloque sur les espèces invasives insectes, mollusques, plantes ou encore reptiles, est ce que finalement l'espèce la plus invasive ce serait nous. Nous assistons donc au déclin de l'humanité à travers des discussions sans fin entre chercheurs et des scènes de violence dans la ville. Une situation de pure apocalypse qui aurait mérité plus d'action et moins de palabres inutiles ou au moins une morale implacable.
Les traits des personnages m'ont un peu perturbées mais le dessin dans l'ensemble est très réaliste. Ce qui m'a le plus plu c'est l'endroit où se situe l'action qui change évidement des Etats Unis quand il s'agit d'anticipation.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article