Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pacifique - Stéphanie Hochet

Présentation
« Je noue le hachimaki aux couleurs de notre Japon éternel autour de mon casque. J’effectue ce geste avec lenteur et solennité, sans pensées, sans émotions. Le froid dans mes veines, le temps s’est arrêté, je suis une fleur de cerisier poussée par le vent. À vingt et un ans, j’ai l’honneur d’accepter de mourir pour l’empire du Grand Japon. »
En nous plongeant dans l’intimité d’un kamikaze de la guerre du Pacifique, Stéphanie Hochet nous livre un roman vibrant, poétique et d’une intensité rare.

Avis
Isao Kaneda a choisi. Après une enfance passée auprès de sa grand-mère du fait de son statut de premier petit-fils, il sera éduqué par un précepteur et élevé avec le code d'honneur des samouraïs (bushido), bercé par ces légendes de ces grands combattants, Isao est en complet décalage avec les autres enfants de son âge qu'il ne côtoie guère de toute façon.
Destiné aujourd’hui à mourir pour son pays, car comme le dit le Bushido: il vaut mieux mourir que d'être déshonoré, c'est ainsi qu'à peine majeur il rejoint un Yokaren une école qui prépare ses jeunes recrues au pilotage et surtout au sacrifice. Engagé dans cette armée japonaise qui craint la défaite il devra le 29 avril 1945 s'écraser avec son avion sur une cible américaine. Ils sont tous préparés à cela mais Isao commence à douter du bien fondé de ce don de soi, cet abandon à un idéal dont il ne perçoit plus l'utilité devant cette défaite annoncée.
Sa destinée sera tout autre, une simple panne d'essence lui épargnera une rencontre avec la mort. Il s'écrase sur une île où un groupe de personnes vit à l'écart de la société, ne sachant même pas ce qui se passe au delà de leurs rives. Cette micro-société qui au premier regard semble parfaite se révélera pourtant pleine de défauts.

Ce court récit a été un coup de cœur, lu dans le cadre du jury Prix Françoise Sagan 2020 j'avoue que je ne me serais probablement pas laissé tenter en librairie et pourtant... C'est avec une forme de poésie que Stéphanie Hochet nous parle d'honneur, de tradition et de jeunesse perdue. Le récit est bien construit même si parfois l'exotisme prend le dessus on se laisse facilement emporté par l'émotion, les sentiments de ce jeune homme.

Le seule bémol à cette histoire reste ce changement de destinée rendue possible par un fait tellement pathétique, une panne d'essence... pourquoi pas un combat puis un sauvetage in extremis? histoire de nous donner quelques palpitations!!
C'est un beau roman à n'en pas douter où l'ancien monde est confronté au nouveau, où la beauté fait place à la barbarie, où une jeunesse est sacrifiée pour l'honneur d'un pays. 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article