Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Winston Smith : 1903/1984 : Une vie : La biographie retrouvée, tome 3 : Mars 1925 - avril 1926 - A chinese year - Christian Perrissin et Guillaume Martinez

Présentation
Juin 1984. Un taxi dépose Anna Laurens au Grand Tetras, un hôtel de Saint-Véran, dans le Haut-Quéras. Le propriétaire de l'hôtel a envoyé un courrier à sa mère, de la part d'un de ses pensionnaires, Winston Smith. Celui-ci a disparu il y a quelques semaines en montagne. A 80 ans passé, il vivait à l'hôtel depuis des années. Il avait remis au propriétaire une lettre pour elle au cas où il disparaîtrait.
Mais cela fait 4 ans que la mère d'Anna est morte, elle est donc venue à sa place, intriguée par le message d'un homme qu'elle ne connaît pas et qui dit avoir bien connu sa mère autrefois. En entrant dans la chambre de Winston Smith, restée en l'état, elle découvre une malle cabine avec de nombreux souvenirs et photos. Et un manuscrit, intitulé "Life". Le journal de Winston Smith écrit pour sa mère.
Un manuscrit qui devrait répondre à toutes ses interrogations et qui commence en 1916, au collège de Lands Priors en Angleterre à Shangaï en 1925 en pleine révolution...

Avis
Une fois son diplôme en poche Dover ne sait quoi faire et où aller, n'ayant plus sa mère et n'étant plus le bienvenu chez les Wilkinson, il n'a plus aucun soutien financier. Dover se tourne vers le comte Ashwood (dernier employeur de sa mère) qui lui fait parvenir une lettre de recommandation adressée au directeur de la British American Tobacco Co. Dover passe un entretien puis est embauché pour un poste en Orient, en attendant sa majorité il sera affecté à une manufacture de Liverpool.
A ses 21 ans, Dover est convoqué afin de lui fournir un billet qui l'emmènera jusqu'en Chine, à Shanghai. La ville bouillonne, entre fêtes avec son nouvel ami Archibald Pepper, et les tensions anti-impérialistes, les journées et les nuits de Dover sont bien remplies.

Dans ce troisième opus, l'accent est mis sur la colonisation et ses travers, les retrouvailles avec d'anciens amis ont ouverts les yeux de Dover qui décident de rentrer en Europe. On s'aperçoit que Dover est déçu de ce qu'il découvre en Orient, le contrôle de l'économie au détriment des populations locales, ses grands espaces grignotés par la modernité... L'utilisation de sépia pendant cette période chinoise m'a fait pensé au feu, la chaleur de l'atmosphère et celle des événements à venir.
Un opus encore bien réussi et qui m'a appris beaucoup en matière d'Histoire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article