Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les disparues d'Orsay - Stéphane Levallois

Présentation
Les muses d'Orsay ont disparu. Les tableaux d'Ingres, Bouguereau, Gérôme, Lautrec, Picasso, Puvis de Chavanne sont vides de toute présence féminine. Quel satire aurait pu les enlever ? Quel fou, quel pervers et jouisseur dépressif aurait pu jeter un tel charme aux égéries dodues et charmantes ? Virgile Gautrey, gardien du musée depuis 30 ans, part à la recherche du coupable. Un homme masqué vient de prendre un train magique qui s'est arrêté dans ce qui fut la gare d'Orsay. In extrémis, Virgile saute à son tour dans le dernier wagon, pour un voyage fantastique à la recherche des muses perdues... Dans sa quête, il passe de compartiment en compartiment à la rencontre de celles et ceux qui ont fait l'histoire de l'art.

Avis
Virgile est gardien au musée d'Orsay, il fait partie de ces gens que l'on ne voit pas. Sa journée se passe à regarder défiler les visiteurs et admirer les œuvres qui l'entourent. Il se réveille d'un coup sans savoir s'il s'était assoupi ou non et constate que les muses ont disparues. Les tableaux sont vides de ces femmes qui en faisaient le sujet central. L'enquête débute à travers le musée en compagnie du buste de Goethe et de Dante.
De nombreux tableaux défilent dans cet album étrange, nous ne sommes plus dans la réalité mais à bord d'un train (rappelant un peu celui qui traversa la façade de la gare Montparnasse en 1895) dans une dimension où l'art défini les contours. J'ai eu un peu de mal à comprendre où l'auteur voulait en venir avant de m'apercevoir que ce voyage devait se faire sans chercher à aller trop loin. La surprise provient surtout des dialogues et réflexions, le dessins est vivant mais je me suis perdue dans les pages, cherchant une explication à toute cette agitation.

C'est une BD très réussit d'un point de vue graphique mais pas forcément destinée à un large public.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article