Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Deux femmes de Martina Cole

Prix des lecteurs Livre de Poche 2009
Sélection Mai



Présentation de l'éditeur

Dans l'East End, banlieue sinistrée du sud-est de Londres, le danger et la violence sont l'ordinaire. Susan y joue des seules armes dont elle dispose : l'humour et l'amour infini qu'elle porte à Barry, son mari, le caïd à la gueule d'ange. Mais Barry ne sait pas l'aimer, et la frappe à la moindre contrariété. Un soir, dans un acte désespéré, Susan lui fait éclater le crâne à coups de marteau. Sa seule certitude, c'est d'avoir protégé ses quatre enfants d'un monstre. Eux, au moins, lui auront échappé. On la transfère dans la cellule de Matilda Enderby, meurtrière elle aussi. Les destins de ces deux femmes vont se nouer à jamais. Personne n'aurait pu prédire quelles conséquences aurait leur rencontre.
 

Commentaire

 

L’héroïne de ce roman noir (non je ne pense pas que ce soit un vrai polar) Susan est incarcérée après avoir tué son mari à coups de marteau. Elle se retrouve alors en cellule avec une autre femme qui a elle aussi tué son mari, on peut déjà en conclure que l’histoire va s’articuler autour du thème de la femme battue.

 

Susan se replonge dans son passé : la misère, la violence et l’alcool, les coups répétés de son père sur sa mère et les viols successifs depuis son adolescence. Mariée aujourd’hui à Barry, truand notoire à la belle gueule, le passé se répète. Femme battue et humiliée elle le tue. Elle purge aujourd’hui sa peine, c’est là que l’histoire commence entre 1960 et 1985, entre souvenirs et incarcération.

Ce roman est long (autant le dire), tiré en longueur si ce n’était l’attrait du happy end (parce que l’on s’y attend tout de même) je n’aurais probablement pas fini le livre, on plonge et replonge dans la violence et le drame, dans cette atmosphère pesante sans réel intrigue et rebondissements.

Roman noir sur la vie d’une femme battue.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article