Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Route de Cormac McCarthy

nullRésumé

 

Un père et son fils au beau milieu d’un monde dévastée par on ne sait quelle catastrophe, des cendres qui voltiges, la pluie, le froid et la neige. L’apocalypse ? On ne sait pas mais en tout cas peu de gens ont survécu. On ne connait pas l’endroit ni même à quelle époque les faits se situent : 2012, 2050 … ?

Tout deux arpentent ce mode désolé poussant un caddie qui contient le nécessaire à leur survie car le chemin est loin pour atteindre le sud et surtout le danger est partout, leur seule protection : un révolver et 2 balles. Deux balles terriblement importantes s’ils se font capturer, deux balles pour deux vie, deux morts.

Jonchant les cadavres, les villes détruites et les rivières à sec, le père et ce fils dont ne connaîtra pas les noms errent sur une terre où l’humanité n’est plus, où la barbarie fait rage et où le cannibalisme devient une question de survie.

Une seule chose à faire : il faut marcher. Marcher et ne pas trop dormir, rester constamment sur ses gardes, avoir l’œil ouvert. Rechercher de la nourriture, des couvertures et des chaussures…

 

Avis

 

Tout le long il n’est question que d’un dialogue entre le père et le fils (« il faut que tu me parles ») et de réflexion à soi-même.

Une atmosphère terrifiante où même le lecteur reste sur ses gardes, un paysage fantomatique, un sentiment d’isolement au milieu de cette immensité et des descriptions forment ce roman qui comme un présage n’annonce rien de bon si nous ne faisons rien pour préserver notre planète. Le style dépouillé du roman laisse la place à l’imagination du lecteur, aux images froides et déprimantes celles qui nous hantent bien après. L’auteur reste ancré sur son sujet principal : la route, tout est construit autour de ce chemin à parcourir.

Ce qui m’a troublé c’est cet enfant qui ne connait finalement que ce monde dévasté, qui ignore ce qu’a pu donner cette terre maintenant infertile, il n’aperçoit que très peu de temps la lumière du jour et malgré son jeune âge (8 ans tout au plus) c’est son père qui est le plus à plaindre, troublé par ces changements il n’avancera que pour sauver la vie de son fils. Dramatique mais qui débouche sur un espoir !

Le roman  a fait l’objet d’une adaptation ciné  sortie au mois de décembre 2009 que je n’ai pu me résoudre à aller voir tant les extraits me terrifiaient déjà mais qui me rappelle le film le livre d’Eli avec Denzel Washington qui traite du même thème.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Luna 23/05/2011 09:46


"La route" est vraiment un livre très étonnant. QUand je l'ai ouvert, je m'attendais à tout sauf à ça... Il est étrange et dérangeant, mais se lit très facilement. C'est le genre de livre qui nous
encourage à nous poser des questions. Je je peux pas dire que c'est une belle histoire, mais l'idée est là... (j'espère que tu comprends ce que je veux dire !)
Le pire dans "La route", c'est que Cormac McCarthy joue sur l'anonyme : on ne connait pas le nom des différents personnages, mais on est terriblement touché par eux. C'est comme regardé un JT, on
ne connais rien d'eux, mais on aimerait pouvoir les aider, mais c'est impossible...
A lire !

D'ailleurs, si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur "la route" sur mon blog.
Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!


Annabelle Léna 21/04/2010 21:05


Contente de voir que tu as aimé!
;-))