Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La scarlatine – Stefan Zweig

null

 

Quatrième de couverture


La Scarlatine décrit le tragique passage à l'âge adulte d'un tout jeune homme, venu étudier la médecine à Vienne, et qui sera consumé par une brève et fatale passion.

 

 

Avis

 

Une nouvelle qui reste sombre, Vienne sous la pluie pour un jeune étudiant, Bertold Berger, qui y débarque peut être frustrant surtout lorsque l’on quitte sa famille en espérant trouver l’exaltation alors qu’il n’en est rien. Un jeune homme de même pas dix-huit ans vient étudier la médecine, sympathise avec son voisin étudiant en droit, Schramek ; une amitié à laquelle il s’accroche comme à une bouée de sauvetage.

 

Il sort à peine de l’enfance et le voilà projeté dans le monde adulte, dur et froid. Un enfant c’est bien cela qu’il est face à ce grand gaillard de dernière année qui boit, fume et se bagarre autant de chose qui émerveille Berger ; construire sa vie sur celle de son voisin lui paraît une bonne idée pour affronter la vie. Il s’en lasse vite surtout de la bonne humeur de Schramek et de son amante Karla, alors que lui est si triste abandonnant au passage ses études.

 

On suit Berger depuis le mois de septembre, un automne pluvieux jusqu’au début du printemps où il trouve enfin ce petit plus qui lui manquait pour avancer serein, la fille de sa logeuse est atteinte de la scarlatine ; il va rester à son chevet jusqu’à son rétablissement et développer à son côté une tendresse voire un amour. Mais la vie reprend ses droits et n’a pas l’intention de le laisser heureux bien longtemps, il attrape lui-même la scarlatine mais comme le disait le docteur :

On le constate pour presque toutes les maladies infantiles : les enfants triomphent d’elles, tandis que les adultes succombent.

 

Il se sent perdu, est-ce qu’il va mourir alors qu’il vient de découvrir l’amour ? Encore une fois Zweig nous suggère une fin ou bien est ce moi qui redoute une fin tragique :

 

Un silence profond envahit la pièce ; le cœur serré, ils étaient remplis de la solennité de l’instant et l’on n’entendait rien d’autre que, dehors, sous les fenêtres, la voix forte et irrité de la grande ville étrangère qui continuait de gronder sans relâche, indifférente à la vie et à la mort.

 

Très beau et profond cette nouvelle charme par sa nostalgie de l’enfance et la découverte du monde adulte, les tourments du jeune homme on les comprend facilement, se retrouver seul dans une ville inconnue, même si cette vie d’indépendance a été rêvée mainte fois elle reste cependant illusoire. L’auteur entre dans le cœur du jeune homme pour nous en dépeindre les contours, ceux de l’hésitation et de la peur face à quelque chose d’inconnu.

 

 

Lu dans le cadre du Challenge Ich Liebe Zweig

Logo-Zweig-gros.jpg

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S

cette histoire semble très émouvante; de sweig je n'ai lu que les 24 h de la vie d'une femme, roman que j'avais trouvé superbe


Répondre
S


Zweig décrit nombres de sentiments dans ses oeuvres et la scarlatineest très touchante