Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Petites scènes capitales - Sylvie Germain

petites scènesPrésentation de l’éditeur


«L’amour, ce mot ne finit pas de bégayer en elle, violent et incertain. Sa profondeur, sa vérité ne cessent de lui échapper, depuis l’enfance, depuis toujours, reculant chaque fois qu’elle croit l’approcher au plus près, au plus brûlant. L’amour, un mot hagard.»


Tout en évocations lumineuses, habité par la grâce et la magie d’une écriture à la musicalité parfaite, Petites scènes capitales s’attache au parcours de Lili, née dans l’après-guerre, qui ne sait comment affronter les béances d’une enfance sans mère et les mystères de la disparition.

Et si l’énigme de son existence ne cesse de s’approfondir, c’est en scènes aussi fugitives qu’essentielles qu’elle en recrée la trame, en instantanés où la conscience et l’émotion captent l’essence des choses, effroi et éblouissement mêlés.

 1ère sélection pour le prix Goncourt 2013 

 1ère sélection pour le Prix du style 2013


Avis

 

« C’est qui, là ? » Cette question, elle l’a entendue des dizaines de fois. Une fausse devinette au goût de ritournelle posée par sa grand-mère devant une photographie en noir et blanc exposée dans un cadre en bois noir laqué, présentant une jeune accouchée assise dans un lit, son nouveau-né au creux d’un coude. La question ne vise pas la femme, mais le nourrisson couché contre elle. De la mère, on ne parle pas, on ne badine pas autour de son portrait, elle est une figure intouchable. Une évidence et une énigme, en bloc.

 

On commence par une photo, celle de sa naissance, sa mère qu’elle n’a jamais connue, ce visage disparu. Liliane est une petite fille puis une adolescente et une femme qui nous raconte quelques scènes capitales de sa vie qui ont fait d’elle ce qu’elle est, entre drame et passion, des moments trop peu heureux, et des questionnements.

La vie s’égrène, les morts s’enchainent. Une accumulation de 49 scènes qui décrivent des instants douloureux de sa vie de famille, de sa vie amoureuse ou encore de la vie tout court.

 

Le goût du sucre à demi fondu, gorgé de chaleur, d’amertume et de vagues parfums de feuilles et d’écorce – juste cela, cette saveur dans la bouche, la fine brûlure dans la gorge, la sensation toute simple, très nue, très forte, d’être en vie. En vie.

 

Lili a du mal à trouver sa place dans cette famille recomposée, essayer tant bien que mal de s’intégrer à ce nouvel univers jusqu’à ce qu’un évènement terrible survienne et c’est tout qui s’effondre. La fuite, le renoncement, la maladie s’invitent dans l’appartement familial.

 

Roman court et indirect, l’auteur nous raconte une histoire ou plutôt des histoires à travers les années, une certaine mélancolie se dégage de ce récit. On se demande parfois comment une seule personne peut vivre autant d’évènements négatifs, j’ai été surprise par l’acharnement du sort que l’auteur afflige à « l’héroïne » ; héroïne s’en est une car comment garder la tête sur les épaules lorsque le destin vous réserve autant de coups.

 

Quel sens peut avoir un évènement qui a bel et bien eu lieu mais dont il ne subsiste rien, aucun souvenir, dont aucun témoignage ne donnera connaissance. Est-il alors aboli, expulsé du réel ? Mais pourquoi un événement qui s’est un jour produit serait-il anéanti du seul fait de rester inconnu ou d’avoir sombré à jamais dans l’oubli ?

Et, à l’inverse, un fait imaginé auquel on croit avec force et constance, et qui se fait constitutif d’une personne, devient-il réel ? Où se situe la ligne de démarcation entre réalité et fiction ?


 Succession de chapitres, un rythme rapide et une écriture presque poétique. Emouvant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

C'est vrai que Lili n'a pas de chance dans la vie mais je n'ai pas trouvé son parcours impossible (je me souviens en revanche d'un roman où toutes les calamités du monde s'abattaient sur une même
famille et j'avais eu ton ressenti :)). J'ai vraiment savouré l'écriture et particulièrement apprécié la première partie traitant de l'enfance de Lili. Un beau roman ! Bonne journée.
Répondre