Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Piège nuptial (Cul de sac) - Douglas Kennedy

null

Quatrième de couverture

 

Ce qui a manqué à Nick, journaliste américain en virée dans le bush australien ?

Quelques règles élémentaires de survie :

1) Ne jamais conduire en pleine nuit sur une route déserte : un kangourou se ferait une joie de défoncer votre pare-chocs.

2) Ne jamais céder aux charmes d'une auto-stoppeuse du cru.

 3) Et ne jamais se laisser droguer, enlever et épouser par ladite autochtone.

Dans son village, en effet, le divorce n'est pas autorisé. Mais le nombre de veuves y est impressionnant...

 

 

 

Avis

 

Ce roman paru en 1997 sous le titre Cul de sac porte aujourd’hui le nom de Piège nuptial et croyez moi que ce soit l’un ou l’autre, les deux titres résume très bien l’histoire.

Maintenant quant à qualifier le genre c’est plus ardue, comique, polar sincèrement je l’ignore la seule chose qui est sûre est que l’histoire est complètement terrifiante pas dans le sens de massacre à la tronçonneuse ou Salem loll non mais plutôt dans le genre cauchemar hallucinant.

 

 

J’ai reçu ce livre de la part d’Argantel dans le cadre du Mini Swap Café d’Armande, j’ai quelques livres de Douglas Kennedy qui m’attendent dans ma PAL et depuis longtemps même donc c’est mon premier, un baptême réussi car je suis sous le charme de ce style et cet humour.

 

La quatrième de couverture n’en dit pas long sur les mésaventures de Nick, alors un petit résumé s’impose :

 

 

 

Nick est un journaliste un peu foireux, qui sa vie durant n’a fait que sauté d’un journal à l’autre, pas marié, pas d’enfant, libre comme l’air.

Un beau jour, se trouvant à Boston il entre dans une librairie et découvre une carte de l’Australie de 1957, ravie de sa trouvaille il décide d’y aller et de traverser le bush, ce désert de sable rouge où aucune vie n’est possible, 4000 km à parcourir.

Un projet pas si farfelu pour un homme qui cherche à se prouver à lui-même qu’il est capable de mener une idée à son terme. Il se dégote un van des années 70. Première nuit sur la route et première erreur, il  ne faut pas rouler de nuit sauf si l’on souhaite volontiers percuter un kangourou et pour Nick se sera chose faite.

1ère règle du savoir vivre dans le bush bafouée.

 

Il continu la route, et il a tellement peur de tomber en panne dans ce désert qu’il vérifie à tout bout de champ l’état du moteur et le niveau d’essence, c’est dans une de ces station service qui borde la route que Nick rencontre une jeune fille séduisante, Angie. Elle paraît tout à fait saine comme ça mais à partir de ce jour tout va dérailler, même si par certains moments avec Angie tout était parfait.

Le piège se referme.

2ème règle du savoir vivre dans le bush : Ne jamais céder aux charmes d'une auto-stoppeuse du cru, bafouée.

 

null 

 

Cette jeune et jolie auto-stoppeuse, affamée de relation sexuelle, commence à faire voir son vrai visage à savoir celui d’une fille complètement délurée, lunatique et légèrement violente. Un jour après une dispute, et avant de se séparer d’elle il essaie de recoller les morceaux afin que chacun puisse reprendre la route l’esprit en paix mais Angie ne l’entend pas de cette oreille et entend dans les excuses de Nick et soi-disant demande en mariage.

3ème règle de savoir vivre dans le bush : Et ne jamais se laisser droguer, enlever et épouser par ladite autochtone, bafouée.

 

 

 

C’est là que commence les vrais ennuis, Nick est séquestré dans cette ville bizarre au milieu de nulle part, avec des habitants très curieux, et dont la vie est rythmée par le dépeçage de kangourou le jour et  la descente de canette de bière le soir, et descente est un mot faible comparée à ce qu’ils ingurgitent. Nick doit prendre la poudre d’escampette le plus vite possible, mais les choses se compliquent très vite.

 

 

Des dialogues loufoques, des personnes sortis tout droit d’un film d’épouvante tant ils sont zarbi… des ploucs et des alcolos dès l’âge de 14 ans, du coup voyager en Australie fait un peu peur, séquestré dans la ville de Wollanup pendant 9 long mois, une ville qui n’est même plus mentionnée sur les cartes tellement elle est insignifiante et normalement inhabitée, Nick a de quoi péter un câble.

Un roman qui nous assoiffe et nous amène à la limite de la claustrophobie, plongé dans la poussière et l’eau au goût de ferraille, l’angoisse n’est pas loin… mais c’est tellement prenant que si tous les romans de Kennedy sont comme ça et bien Vive Kennedy loll.

Quoi qu’il en soit au milieu de ce groupe d’êtres humains violents voire même pas humain du tout mais plutôt en voie de développement, une habitation proche d’un village primitif, au mœurs étranges même si une fois que l’on sait pourquoi ils se sont tous installés dans cette ville minière abandonnée on commence par avoir pitié d’eux, il n’en reste pas moins que le seul moyen d’en sortir est soit de se tirer une balle soit de ne pas avoir peur de s’en prendre une.

 

Juste un mot bon d’accord deux: excellent moment !

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marcozeblog 31/08/2011 11:25


Merci de m'avoir accueilli dans ta communauté "A nous les livres!". Tu as de beaux jours de lectures devant toi car j'ai lu tous les romans de DK (pas les récits) et pour moi "Piège nuptial" est le
moins bon. En fait, il est assez différent des autres, plus du genre lecture de gare). j'espère que tu aimeras le reste. Bien à toi. Marcozeblog


Stemilou 01/09/2011 17:45

Tout le plaisir est pour moi, pour DK tu trouve que Piège nuptial est le moins bon, mince alors il faut que je m'attaque aux autres :-)

Luna 31/05/2011 10:58


Cul-de-sac (piège nuptial) est vraiment une histoire très bizarre, étonnante et détonante ! Au fond, elle est très touchante.
En ouvrant ce livre, je ne m'attendais pas du tout à lire quelque chose comme ça : ça ne part pas dans tout les sens, l'écriture est maitrisé, mais on ne sait pas du tout à quoi s'attendre.
L'histoire est vraiment inimaginable, mais la conviction de l'auteur nous donne envie d'y croire : c'est terrifiant d'imaginer que ça puisse réellement exister...

D'ailleurs si ça t'intéresse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog...
Joli article, je reviendrais ;)
Bonne continuation !!


éléa 29/08/2010 22:43


Je l'ai terminé il y a quelques semaines et j'ai adoré. C'était mon 1er contact avec cet auteur et je n'ai pas été déçue, maintenant j'envisage d'en lire d'autres.


Stemilou 30/08/2010 14:02



Pas mal c'est vrai j'ai lu coup sur coup au delà des pyramides et en stock m'attend la femme du Vème et Quitter le monde alors côté Kennedy j'ai ce qu'ilfaut



Lylou 07/08/2010 18:29


J'ai beaucoup aimé ce roman que j'ai lu en février et j'ai eu beaucoup de compassion pour ce pauvre Nick coincé au milieu des pires tarés du pays ^^


Stemilou 22/08/2010 19:53



Le pauvre ça c'est clair et puis je dirais que c'est Monsieur Pas de Chance!!!



sofynet 05/08/2010 21:37


Et voilà ! J'ai ajouté ce livre à ma LAL, qui n'en fini plus de grossir...


Stemilou 22/08/2010 19:51



Un PAL est faite pour grossir sinon c'est qu'on aime pas la lecture ou que tu fais de la soupe avec tes livres cela dit Piège nuptial est le livre à connaître du Douglas Kennedy