Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ta femme me trompe - David Di Nota

Femme.jpg1ère sélection Prix de Flore 2013

 

 

 

Présentation

 

On fait toujours l’amour à trois, tel est le postulat comique sur lequel repose la sexualité humaine. On comprend du même coup l'importance de ce genre injustement méprisé : le vaudeville. Dans celui-ci, le lecteur fera la connaissance d’une nymphomane pleine de ressources. Il assistera à la rencontre de l’amant et du mari et il s’apercevra qu’il n’est pas si facile de déterminer qui est le cocu des deux. Il découvrira des vidéos cochonnes, mais également un ministre éminent, des intellectuels engagés, et même une guerre européenne dont personne n’a entendu parler. Ce faisant, il découvrira que la bêtise sexuelle est le véritable moteur de l’histoire – ou de l’Histoire, comme on voudra.

 

 

Avis

 

Roman court sur le sujet de l’adultère entre un journaliste et une jeune femme, une bourgeoise qui n’en est pas à son premier coup d’essai, une lecture rapide, des chapitres très courts la plupart ne font qu’une page. Je ne vais pas m’éterniser sur ce récit qui est certes plaisant mais est vraiment dénué d’intérêt et une fin assez curieuse.

 

Un journaliste donc et la femme d’un homme qu’il a brièvement connu lors d’un déplacement, la rencontre avec cette femme adultère se fera lors d’un malheureux accident, histoire cocasse au début et retournement de situation dans les dernières pages. Le narrateur, baignant dans le sexe et se foutant à peu près de tout, allant où le vent le mène, se voit d’un coup impuissant face à la détermination d’une femme ; à lui maintenant d’assumer les conséquences d’une vie « je m’en foutiste ».

 

Un croque-mort peut se désintéresser de la victime qu’il enterre, mais un reporter digne de ce nom ne peut pas se désintéresser des hommes qui l’entourent.

 

Alors il est vrai que ce livre ne marquera pas ma mémoire mais il aborde néanmoins des sujets intéressants tels que la religion, la bourgeoisie, le sexe, le métier de journaliste et bafouant tous les codes  et parodiant ainsi la sexualité.

 

L’homme qui s’est fait avoir peut toujours choisir de rentrer chez lui. Il peut choisir de demeurer en repos dans sa chambre (comme le recommande d’ailleurs Pascal dans ses Pensées). S’il est un adepte de la psychologie, il pourra toujours se demander à quel moment exact la méprise s’est produite, auquel cas il lui faudra définir ce qu’il entend par méprise. S’agit-il du moment où sa maitresse a décidé de jouer sa propre carte, ou de la passion amoureuse en tant que telle ? Autant de chemins qui ne mènent nulle part, et que je ne lui recommande pas d’emprunter.

 

 

Un petit « plaisir » d’une petite heure mais un petit roman qui ne m’aurait pas particulièrement manqué si je ne l’avais pas lu.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article